Archive pour décembre 2014

SELAH SUE REVIENDRA EN 2015 – SINGLE « ALONE  » – EN ATTENDANT LE RÉVEILLON…

Selah-Sue-AloneSelah Sue avait été une des révélations de l’année 2013…  Cette jeune chanteuse belge avait séduit avec sa musique, mélange détonnant !! Et surtout par sa voix inégalable qui rappelait les plus grandes chanteuses de soul ! En avant-première de son futur album, elle nous livre aujourd’hui un single, « Alone ». On y retrouve  le même mélange de styles : beat électro, guitares funky, refrains r’n’b. Et toujours la voix de Selah, envoutante et originale…

A l’écoute de ce morceau, on ne peut qu’attendre avec impatience la sortie de son album… Ce sera le 2 mars ! Patience ….

Bon Réveillon  !! A l’année prochaine !!!

Publicités

AUGUSTE DERRIÈRE – LES MITES N’AIMENT PAS LES LÉGENDES – DES JEUX DE MOTS LAIDS !!

derrièreDécidément, le Père Noël a bon goût ! Il a laissé sous mon sapin un livre indispensable : le dernier opus d’Auguste Derrière… J’avais déjà beaucoup apprécié ses deux premiers ouvrages : « Les moustiques n’aiment pas les applaudissements » et « Les fourmis n’aiment pas le flamenco« … Aujourd’hui, c’est donc le troisième tome qu’a choisi l’homme en rouge… On y retrouve tout ce que l’on aime chez Derrière (!) :les proverbes inédits, les publicités improbables, les illustrations délicieusement surannées… Et en plus, la participation de Plonk et Replonk… Comme le dit la dernière de couverture : « Vous tenez entre vos mains un Derrière… tout simplement ÉNORME !  »

Mais plus que de longs discours, quelques exemples vous en diront plus sur la verve de Derrière :

Une moitié de sein s’appelle aussi un mi-nibard.

On ne dit pas « le chat fit des bonds » mais « Le Minnesota ».

Ne pas confondre   « Hideux transports en commun » et « Trolleybus ».

Les canards peuvent vraiment prendre l’air déconfits.

Dans une famille de bavards, on a l’instinct de conversation.

Être anglais, ça coupe la respiration.

Un embryon de poulpe n’est pas encornet.

Les Russes ne sont pas rapides, sauf les Moscovites.

Qui mange un moustique chie Koungougna.

Les papis d’hier sont aussi les vieux de la veille.

 

 

 

 

MICHAEL ROSKAM – QUAND VIENT LA NUIT – NOIR C’EST NOIR !

the_dropQuand vient la nuit s’inspire d’une nouvelle de Dennis Lehane qui s’intitule, dans sa version française, Sauve qui peut. Le romancier, dont les œuvres ont très souvent été adaptées au cinéma (Mystic River, Gone Baby Gone, Shutter Island), a écrit lui-même le scénario du film. C’est la première fois qu’il endosse la casquette de scénariste au cinéma ( auparavant il n’avait signé que des scénarios d’épisodes de quelques séries télé comme « Sur écoute » et « Boardwalk Empire »).

Le titre français est assez mal choisi car en anglais le film s’intitule « The Drop » qui est beaucoup plus explicite par rapport à l’histoire :

Bob Saginowski, barman solitaire, suit d’un regard désabusé le système de blanchiment d’argent basé sur des bars-dépôts – appelés « Drop bars » – qui sévit dans les bas-fonds de Brooklyn. Avec son cousin et employeur Marv, Bob se retrouve au centre d’un braquage qui tourne mal. Il est bientôt mêlé à une enquête qui va réveiller des drames enfouis du passé…

Sur cette trame classique de film policier, le metteur en scène réalise un film noir particulièrement réussi. L’ambiance du bar, les décors sont toujours justes; c’est un visage bien sombre de Brooklyn qui nous est proposé…

Et ce film ne serait pas aussi passionnant sans les acteurs qui sont tous très bons. Les trois personnages principaux sont joués par des « espoirs » du cinéma. Tom Hardy est le héros, malgré lui, de cette histoire; il est formidable de sensibilité et d’humanité. Le « méchant » est joué par Matthias Schoenaerts, lui aussi très étonnant dans ce rôle. Le personnage féminin est joué par Naomi Rapace (que l’on avait vu dans Millénium) et elle est aussi parfaite. C’est aussi l’occasion de voir pour la dernière fois à l’écran James Gandolfini, décédé en juin 2013. Touchant dans son rôle de patron de bar mouillé dans des affaires plus que louches.

Ce film renoue avec talent avec la lignée des films noirs des années 60-70. Il est un peu passé inaperçu lors de sa sortie, mais je vous le recommande chaudement car c’est une vraie réussite !

LE CLIP DU DIMANCHE – RIFF COHEN – QUE DU BONHEUR – UN BON PROGRAMME POUR 2015 !

riff_cohenA quelques heures du réveillon et du passage à la nouvelle année, voilà ce que l’on pourrait rêver pour 2015 : « Que du bonheur  » !! En 2013, la chanteuse israélienne avait sorti un album ensoleillé et festif : « A Paris« ; elle prépare un nouveau disque pour 2015 et elle nous offre, en avant-première, ce single plein de joie et de fête !!! Le clip  est très réussi et réchauffera cette morne matinée dominicale…

ROGER JON ELLORY – LES NEUF CERCLES – RENDEZ-VOUS EN ENFER !

Ellory-NeufCerclesLe titre de ce livre, « Les neuf cercles » est une référence aux « neuf cercles de l’enfer » imaginés par Dante Alighieri et décrits dans la première partie de la Divine Comédie. Car ici, au-delà du roman policier classique et son lot d’assassinats et la recherche du meurtrier, c’est bien de l’histoire d’une rédemption dont il s’agit. Le héros du livre, John Gaines, traversera ces épreuves pour finir « libéré » à la fin du livre. En voici l’histoire :

1974. De retour du Vietnam, John Gaines a accepté le poste de shérif de Whytesburg, Mississippi. Une petite ville tranquille jusqu’au jour où l’on découvre, enterré sur les berges de la rivière, le cadavre d’une adolescente. La surprise est de taille : celle-ci n’est autre que Nancy Denton, une jeune fille mystérieusement disparue vingt ans plus tôt, dont le corps a été préservé par la boue. L’autopsie révèle que son cœur a disparu, remplacé par un panier contenant la dépouille d’un serpent. Traumatisé par le Vietnam, cette guerre atroce dont « seuls les morts ont vu la fin », John doit à nouveau faire face à l’horreur. Il va ainsi repartir au combat, un combat singulier, cette fois, tant il est vrai qu’un seul corps peut être plus perturbant encore que des centaines. Un combat mené pour une adolescente assassinée et une mère de famille déchirée, un combat contre les secrets et les vérités cachées de sa petite ville tranquille. Si mener une enquête vingt ans après le crime semble une entreprise périlleuse, cela n’est rien à côté de ce qui attend John : une nouvelle traversée des neuf cercles de l’enfer. (Sonatine)

Ellory décrit avec précision l’époque de la fin de la guerre du Vietnam, cette époque ou le Président Nixon allait être destitué à cause de l’affaire Watergate… Il décrit ce sud des Etats-Unis où malgré les lois anti-ségrégation, le Ku-Klux-Klan gardait une influence non négligeable…

Et puis, il y a le style, inimitable de RJ Ellory… On le connait et on le reconnait de livre en livre : « Seul le silence », « Vendetta« , « les Anonymes« , « Mauvaise Étoile« . Il poursuit son analyse de l’âme humaine, se questionnant toujours sur l’origine du « Mal » et la part d’ombre que porte chaque homme.

Vous l’aurez compris, on ne lit pas Ellory que pour l’intrigue policière mais plus  pour cette petite musique qu’il distille avec talent. Il est, ici, au sommet de son talent et c’est encore un livre qu’on ne lâche plus, une fois commencé !!!

GEORGE EZRA – WANTED ON VOYAGE – EMBARQUEMENT IMMÉDIAT !!

ezraCe sera certainement le dernier coup de cœur de 2014, mais un super coup de cœur !

George Ezra c’est d’abord une voix, et quelle voix !!

Il a juste un peu de vingt ans, se dit influencé par Bob Dylan et Woody Guthrie, et cela s’entend. George joue un folk qui n’est jamais nostalgique, modernisant et dynamisant (dynamitant ?) cette musique… Complètement à contre-courant des goûts musicaux actuels, il fait figure d’artisan, peaufinant ses chansons au cours d’un voyage à travers l’Europe… Et on ne peut pas parler de George Ezra sans parler de son physique, plus proche d’un jeune étudiant que d’un chanteur de rock… Certains (es) disent « qu’il a un visage d’ange », je leur laisse l’entière responsabilité de cette affirmation, mais je pense que ce n’est pas si faux…

Mais l’important c’est le plaisir (rare) que l’on prend à écouter son disque… Parfois il nous amène bien loin de Hertford en Angleterre, sa ville natale, vers les grandes plaines de l’ouest américain !

A écouter de toute urgence  !!!!

TRUST – PETIT PAPA NOEL & GASPARD ROYAN – CHRISTMAS

noel

Joyeux Noël ! Que vous soyez croyant, athée ou d’une autre religion, joyeuse fête ! Et pour fêter Noël et oublier ce mal de crane insistant, deux chansons aux antipodes l’une de l’autre : Petit Papa Noël revisité (!) par Trust et une « vraie » chanson de Noël, offerte par Gaspard Royan, véritable Père Noêl aux accents d’Elvis…

rock_n_roll_christmas