Archives de mars 2014

WEEGEE – EXPOSITION PHOTOGRAPHIES – GALERIE CHATEAU D’EAU – TOULOUSE

WEEGEEJe ne connaissais pas ce photographe-reporter américain et j’ai été stupéfait par l’exposition du Château d’Eau. Ce photographe a une grande singularité, il redéfinit le mot « instantané »… Le dictionnaire nous dit :  » Photographie obtenue après une très courte exposition« , mais Weegee va bien plus loin et saisit ses personnages dans leur vie, leurs drames, leurs bonheurs… Saisissant aussi bien la joie des new-yorkais le jour de la victoire en 45 que l’angoisse des policiers face à la violence… A voir de toute urgence!!

Ci-dessous la présentation de l’exposition par le Château d’Eau

Le Château d’Eau présente une exposition d’Arthur H. Fellig connu sous le pseudonyme de Weegee. Tirée de la collection de Michèle et Michel Auer, ces vintages emblématiques pour certains et moins connus pour d’autres développent le parcours étendu de 1932 aux années 1960 de ce fils de rabbin austro-hongrois émigré aux Etats – Unis à l’âge de 10 ans .
Considéré comme l’un des plus grands reporters de l’époque et référence absolue dans l’histoire de la photographie, il est célèbre pour ses photographies en noir et blanc de la vie nocturne à New York.
Cependant, les nombreux thèmes sur lesquels il a travaillé tout au long de sa vie, comme les dormeurs, les riches, les pauvres, les incendies, la police, les morts, la rue, le cirque, Harlem, Coney Island, portraits de stars du cinéma révèle avant tout un photographe acharné et assidu ayant travaillé dans une veine réaliste typiquement américaine.
En 1935, Weegee devient photographe indépendant et exerce en indépendant pour la presse américaine. Il est alors chargé de rendre compte de la réalité de la société américaine, au plus près des évènements et fut le premier reporter autorisé à installer dans sa voiture une radio branchée sur la fréquence de la police. Cela lui permettait d’arriver très vite sur les lieux de crime et à témoigner avec neutralité de la violence et de la misère de New-York des années 30 et 40, marquée par la grande dépression.
Une autre partie de cette exposition montrera son travail sur Hollywood.
En 1946, il quitte New York pour s’installer à Los Angeles quelques temps. Abandonnant les scènes de crime macabres Weegee a pointé son appareil photo à la place sur les célébrités de Hollywood, les starlettes, les demandeurs d’autographes, que volontairement il déformait où en créant des distorsions surréalistes et collages bizarres pour défigurer ou ridiculiser ses sujets.Son parcours de photographe l’a amené à la gloire, à la fortune et l’a fait côtoyer les démunis comme les nantis, les anonymes comme les stars. Avec un regard plein d’humanité et de férocité qu’il a jeté sur ses contemporains, il a toujours privilégié son autonomie en refusant de participer aux programmes d’aide financés par le gouvernement.

weegee4

 weegge_selfie

Le Château d’Eau – Place Laganne – Ouvert du mardi au dimanche de 13 à 19h

QUEEN – LIVE AT WEMBLEY -1986

queenDimanche en musique ! Depuis la semaine dernière et « Pink Floyd at Pompéi« , c’est donc désormais un concert qui vous accompagne le dimanche… Aujourd’hui, rock and roll !!!

Un concert absolument mythique : « Queen at Wembley » !! « We will, we will rock you !!! « . Des milliers de fans reprennent en chœur… Freddy Mercury plus charismatique que jamais, dans un des derniers concerts avant sa mort. C’était en 1986 mais rien n’a vieilli, ni le rock symphonique de Queen; ni le jeu de scène de Mercury ni l’extraordinaire prestation de tous les musiciens… Et le public au diapason, en fusion…Mais une certaine tristesse, une certaine nostalgie m’envahit toujours en regardant et en écoutant ce concert : Freddy Mercury allait mourir à 45 ans quelques années plus tard…

01. One Vision – 1:05
02. Tie Your Mother Down – 5:50
03. In The Lap Of The Gods … Revisited – 10:15
04. Seven Seas Of Rhye – 12:25
05. Tear It Up – 13:43
06. A Kind Of Magic – 17:00
07. Under Pressure – 24:38
08. Another One Bites The Dust – 28:16
09. Who Wants To Live Forever – 34:20
10. I Want To Break Free – 38:27
11. Impromptu – 41:55
12. Brighton Rock Solo – 45:05
13. Now I’m Here – 54:10
14. Love Of My Life – 1:01:15
15. Is This The World We Created – 1:05:22
16. (You’re So Square) Baby I Don’t Care – 1:08:22
17. Hello Mary Lou (Goodbye Heart) – 1:09:53
18. Tutti Frutti – 1:11:44
19. Gimme Some Lovin’ – 1:15:30
20. Bohemian Rhapsody – 1:16:03
21. Hammer To Fall – 1:21:53
22. Crazy Little Thing Called Love – 1:27:40
23. Big Spender – 1:33:40
24. Radio Ga Ga – 1:34:36
25. We Will Rock You – 1:40:40
26. Friends Will Be Friends – 1:43:23
27. We Are The Champions – 1:45:30
28. God Save The Queen – 1:49:34

EXPOSITION PEINTURES MICHEL CALVET – GALERIE SAKAH – TOULOUSE

Calvet_Sakah

Une exposition très intéressante, en ce moment,à la Galerie Sakah. Michel Calvet y expose ses toiles et c’est un ouragan de couleurs qui nous emporte ! Toujours proche de l’abstraction, Michel Calvet nous livre une peinture toujours pleine d’émotions.

Voici un extrait de la plaquette de présentation :

Parlons avec le cœur. Parlons de cœur en y mettant du cœur, plus précisément.Avec Michel Calvet, peintre maestro des couleurs, l’évocation des sentiments s’impose tout naturellement. Car comment qualifier autrement la peinture d’un artiste qui remplit ses toiles de vie ? D’une main généreuse qui donne de la fougue et de la matière aux moindres petits instants de bonheur ? Le peintre n’emprisonne rien, ne dénature rien, mais libère au grand jour. Car peindre c’est donner. Sans tricher ou maquiller. Des saxophonistes dont les solos résonnent dans la toile aux valeureux toreros, des clowns à la mystérieuse intimité des femmes… Tout inspire Michel Calvet. Il nous emmène dans le vie bigarrée. Celle qui devrait être notre quotidien. Loin des turpitudes et des errances, une vie lumineuse sans laquelle l’homme s’émerveille encore de ces spectacles simples que nous offre le monde. Quelque chose qui raisonne dans la poitrine et qui émeut aux larmes. La chaleur de sa peinture irradie et nous envahit littéralement. Alors on se laisse emporter…

Plaquette de présentation en pdf

Exposition jusqu’au 30 avril

Sakah Galerie, 7 rue Croix-Baragnon, Toulouse


Quincaille Culture est maintenant sur Twitter !!

@quincaille_c

Abonnez-vous !!!


 





ALAIN MILLA ORRIOLS – EXPOSITION PHOTOGRAPHIES – GALERIE DES CARMES

timthumb.phMILLA2

Une exposition très intéressante à la Galerie des Carmes. Alain Milla est un photographe qui s’intéresse à la géométrie et au caractère très ordonnée de nos villes… Les expositions de photos ne sont pas légion à Toulouse, je vous recommande celle-ci mais dépêchez-vous car elle se termine demain, samedi 29 mars !

Un grand bravo à la Galerie des Carmes qui nous propose toujours des supers expositions ( Annette Cunnac il n’y a pas longtemps !).

site du photographe ici !

2014-Mila-3

GALERIE DES CARMES – 33, rue des Polinaires, Toulouse – 05 61 47 38 16

 

 

JOHNNY CASH – OUT AMONG THE STARS

cashEh oui, vous ne rêvez pas…Un nouveau disque de Johnny Cash est sorti alors qu’il est mort depuis plus de 10 ans ! Et c’est un disque d’inédits ! C’est grâce à son fils , qui a retrouvé ces enregistrements, que ce disque a pu voir le jour… Ces chansons avaient été enregistré en 1981, mais la maison de disques  n’avait pas voulu le sortir  car elle trouvait ces compositions « ringardes ». Alors, ringard pour ringard, je vous offre la possibilité d’écouter cet album en entier ci-dessous…Et si vous êtes comme moi, c’est avec des frissons que vous allez retrouver la voix de Johnny Cash et sa country si particulière…

Pour les plus jeunes ou ceux qui ne connaissent pas Cash; un bref résumé de sa carrière:

Johnny Cash (né John R. Cash le 26 février 1932 à Kingsland dans l’Arkansas, et mort le 12 septembre 2003 à Nashville, dans le Tennessee) est un chanteur, guitariste et auteur-compositeur de musique country américain. Il a également pratiqué les styles rock and roll, rockabilly, blues, folk ou encore gospel.

Johnny Cash est connu pour sa voix de baryton caractéristique et ses basses profondes. Son comportement et ses vêtements sombres lui ont valu le surnom de Man in Black (« l’homme en noir »).

Une grande partie de la musique de Johnny Cash, en particulier celle de sa fin de carrière, fait écho aux thèmes de la douleur, de l’affliction morale et de la rédemption.

Sa vie a donné lieu à un « biopic »en 2005 , « Walk The Line », pas trop mal fait, où Joachim Phoenix jouait son rôle…

EXPOSITION A L’ECOLE D’IKEBANA DE TOULOUSE DU 27 AU 30 MARS 2014

expo_ikebana_Toulouse_2014_-_japonMarette Renaudin ouvre ce printemps les portes de son Ecole d’Ikebana de Toulouse en salon d’exposition. Cette année, l’exposition sera dirigée par un grand maître d’Ikebana de l’école Senshin-Ikenobo, Madame Kazuko Asada, venue spécialement du sud du Japon pour cette occasion.

Cette exposition sera consacrée exceptionnellement aux styles les plus traditionnels de l’Ikebana, les Rikkas : paysages monumentaux, jadis offerts aux bouddhas, nuancés par des styles Kakebana (fleurs suspendues) : arrangements des lettrés, légers et poétiques qui furent l’origine des fleurs pour la cérémonie du thé au 16ème siècle.

Monsieur Yuichi Sato, Fukuiemoto, fils du directeur de l’école Senshin-Ikenobo, nous fait également l’honneur de sa présence lors de cette manifestation. En collaboration avec le consulat du Japon à Marseille, l’exposition sera inauguré par Monsieur SATO Masaaki, Consul Général du Japon à Marseille, le Mercredi 26 Mars à 19h.

L’exposition a lieu du 27 au 30 Mars 2014, de 10H à 20H à l’Ecole d’Ikebana

15, rue de la Pleau à Toulouse – quartier Ozenne – Métro : Les Carmes. (Entrée : 5 euros).

En savoir plus:www.ikebana-toulouse.com

JULIE MAROH – LE BLEU EST UNE COULEUR CHAUDE – BD

Le-bleu-est-une-couleur-chaude-couvertureCette bande dessinée est à l’origine du film « La Vie d’Adèle » d’Abdellatif Kechiche. A l’origine car ce n’est pas une simple adaptation à la lettre ou plutôt à la case près; Kechiche a gardé le corps du récit et a ajouté , retiré ou modifié des éléments de cette BD :

– Le film est beaucoup plus centré sur le personnage d’Adèle qui est de toutes les scènes , filmée en gros plan. Le personnage, Clémentine dans la BD, porte d’ailleurs le prénom de l’actrice , Adèle Exarchopoulos, dans le film, signifiant l’incarnation de celle-ci dans son personnage.

– Les deux œuvres sont tragiques mais pas pour la même raison; dans la BD, on sait tout de suite que Emma est morte et c’est finalement une sorte de flash-back qui nous raconte leur histoire amoureuse, dans le film tout l’épisode de la mort d’Emma est gommé et la fin tragique viendra de la séparation des deux héroïnes…

– Abdelaltif Kechiche insiste beaucoup sur le coté social de l’histoire, les deux familles d’Emma et Adèle sont décrites de manière caricaturale et leur attitude face à l’homosexualité est lié à leur milieu social. Dans la BD, cette dichotomie n’existe pas et l’accent est plus mis sur le coté sociétal de l’histoire, Julie Matoh décrivant assez finement les difficultés d’Adèle a faire accepter ses choix que ce soit au lycée ou dans sa famille.

– Le film est également plus  plus sensible et plus sensuel, ce qui parait logique puisque l’on passe de cases figées à des images animées. Kechiche donne de la chair à ses personnages…

– La métaphore filée de la couleur bleu est beaucoup plus aboutie dans la BD et donne à celle-ci une dimension poétique qui court tout au long de l’histoire… Les dessins sont quasiment en noir et blanc et seuls les cheveux d’Emma sont bleus…

Comme l’a dit l’auteure de la BD, Julie Maroh, en parlant du film : « Pour moi cette adaptation est une autre version / vision / réalité d’une même histoire ». 

En tout cas, je vous conseille la lecture de cette BD, ayant vu le film ou pas, car c’est une réussite totale, tant du point des dessins que de l’histoire… Rarement, une bande dessinée a créé l’émotion à ce point là; inventant des personnages si humains et racontant une histoire d’amour magnifique !