Archive pour juillet 2015

QUENTIN DUPIEUX – RÉALITÉ – ABSURDE MAIS PASSIONNANT

réalitéLorsque le film se termine, on n’est pas trop sûr de ce que l’on vient de voir… Difficile donc d’en faire un résumé qui pourrait rendre l’atmosphère et les délires de ce film… Tout commence par quatre histoires qui s’entremêlent :

Il y a d’un côté cette fillette (prénommée Réalité), obsédée par une cassette VHS bleue qu’elle croit avoir vue sortir des entrailles d’un sanglier ; un présentateur d’une émission culinaire persuadé d’être atteint d’une violente crise d’eczéma ; un directeur d’école qui se travestit en secret ; et enfin Jason (Alain Chabat), cadreur de plateau télé qui rêve de réaliser son premier film d’horreur où les téléviseurs se mettraient à tuer les gens via des ondes mortelles.

Mais tout cela se mélange et atteint un degré de non-sens rarement atteint… Le scénario se recentre sur l’histoire  du cadreur interprété par Alain Chabat qui sombre dans le délire le plus complet… Pour réaliser son film il rencontre un producteur (hallucinant Jonathan Lambert) intéressé par son projet, mais celui-ci fixe une condition à sa participation : Jason devra trouver, en 48 heures, le meilleur gémissement jamais enregistré…

La fin du film est un sommet de l’absurde, il ne faut pas espérer une fin « explicative »… Toute la logique du film n’est elle contenue dans cette réplique de Jason : « Kubrick, mes couilles » ?

Publicités

SWANN – UN TEASER POUR SON DEUXIÈME ALBUM…

swannIl y a maintenant deux ans je vous avis parlé du premier album de Swann, « Neverending« , et de la qualité du travail de cette jeune chanteuse. Je l’ai rencontré en mars à Paris pour une interview et elle m’avait parlé de son deuxième album qui est maintenant en chantier…

Voilà donc le premier « teaser » de cet album, un extrait de la chanson REAL FOR REAL, qui donne immédiatement envie d’en entendre plus… Patience !!!

Retrouver Swann sur Facebook…

ARNALDUR INDRIDASON – LA RIVIERE NOIRE – HORRIBLE ET PASSIONNANT !

riviere-noireVoici donc la suite des aventures d’Erlendur, le fameux commissaire islandais…. Et en même temps, non… Non, car Erlendur n’est pas présent dans cette enquête, il est juste évoqué à quelques occasions. Il est en vacances dans les fjords de l’ouest, ce qui permet à son équipe de gagner en indépendance et en assurance. Surtout l’inspectrice Elinborg qui va prendre le premier rôle dans cet épisode. Talentueuse, épouse et mère parfaite,  auteur de livres de recettes de cuisine, elle prend l’affaire en main et va plonger dans ce crime horrible où elle sera confrontée à toutes les turpitudes criminelles : viol, drogue, vengeance, folie meurtrière…

Dans un appartement à proximité du centre de la ville, un jeune homme gît, mort, dans un bain de sang sans qu’il y ait le moindre signe d’effraction ou de lutte. Aucune arme du crime, rien que cette entaille en travers de la gorge de la victime, entaille que le médecin légiste qualifie de douce,presque féminine. Dans la poche de Runolfur, des cachets de Rohypnol, médicament également connu sous le nom de drogue du viol…
Il semblerait que Runolfur ait violé une femme et que celle-ci se soit ensuite vengée de son agresseur. Un châle pourpre trouvé sous le lit dégage un parfum puissant et inhabituel d’épices, qui va mettre Elinborg, l’inspectrice, amateur de bonne cuisine, sur la piste d’une jeune femme.
Mais celle-ci ne se souvient de rien, et bien qu’elle soit persuadée d’avoir commis ce meurtre rien ne permet vraiment de le prouver. La fiole de narcotiques trouvée parmi d’autres indices oriente les inspecteurs vers des violences secrètes et des sévices psychologiques.
En l’absence du commissaire Erlendur, parti en vacances, toute l’équipe va s’employer à comprendre le fonctionnement de la violence sexuelle, de la souffrance devant des injustices qui ne seront jamais entièrement réparées, et découvrir la rivière noire qui coule au fond de chacun.

Paradoxalement, ce roman est un des meilleurs de la série « Erlendur », bien que celui-ci soit absent tout au long de l’histoire… Peut-être parce que Indridason privilégie l’histoire et l’enquête policière plutôt que les soucis psychologiques d’Erlendur… On suit l’enquête avec passion et on ne lâche le livre qu’à la dernière page, une fois le mystère résolu.

TAME IMPALA – CURRENTS – PLANANT…

currentsAprès les deux singles, « Let it Happen » et « ‘Cause I’m a Man », voici donc l’album « Currents » qui est sorti la semaine dernière… Peut-être plus électro que psychédélique les influences sont néanmoins bien présentes : Pink Floyd, The Beatles, Cream ou encore Jefferson Airplane.

C’est donc une plongée dans le passé que nous propose Tame Impala… mais une plongée sur un tapis volant qui n’atterrit pas du premier au dernier morceau !

Si elles ont existé, nous revoilà donc dans nos années hippies : Peace and Love !

 

 

 

YANN GOZLAN – UN HOMME IDÉAL – THRILLER IMPLACABLE

un_homme_idealC’est l’été, il est donc temps, avant la rentrée, de voir les films que l’on a ratés dans les six premiers mois de 2015… Grâce aux moyens « modernes », VOD, DVD, cela est dorénavant possible…

« Un homme idéal » fait partie de ces films que je n’avais pas vu au moment de leur sortie… Pourtant la présence de Pierre Niney et le scénario étaient attirants. Et, en effet, c’est c’est plutôt une très bonne surprise ! L’histoire est assez classique :

Mathieu, vingt-cinq ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant chez son oncle qui dirige une société de déménagement… Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de décéder. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom… Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

Je ne vous dévoilerai pas la fin de l’histoire, surprenante et inattendue !

La mise en scène est soignée et on ne s’ennuie pas une seconde à suivre les mésaventures de cet auteur manipulateur…. Il faut dire que Pierre Niney est parfait dans ce rôle… Son physique et son jeu en font un acteur rare !  Il semble nous ramener dans les années soixante, quand Delon était un jeune premier… Il joue à merveille les errements et les ambiguïtés de son personnage qui veut être reconnu en tant qu’auteur et qui va se trouver pris dans une spirale criminelle inéluctable. De film en film, Pierre Niney se révèle comme le futur grand acteur qu’il est peut-être déjà….

La réalisation est parfaite et ne cache pas ses références, Alfred Hitchock en premier mais aussi « Plein Soleil » de René Clément ou Chabrol… Il est rare de trouver dans la production française un thriller aussi réussi.

Vous l’aurez compris, Marc n’est donc vraiment pas « l’homme idéal » promis par le titre, mais juste l’image qu’il aimerait donner de lui-même.

Même s’il n’est plus dans l’actualité immédiate, un film que je vous recommande… chaudement…

 

 

 

 

OLDIES BUT GOODIES – DIRE STRAITS – SULTANS OF SWING

sultans_of_swingC’était en 1978 et un groupe, encore inconnu, nous proposait ce morceau « Sultans of Swing » et ce fut le choc ! En dehors des modes de l’époque, disco ou punk, Mark Knopfler et ses musiciens sortaient  un morceau de rock très classique à priori joué par un groupe composé de deux guitares, une basse, et une batterie… Avec un solo de guitare qui reste toujours mythique ! Résultat : un phénomène planétaire qui permit au groupe d’enregistrer son premier disque… Et ce morceau rentra rapidement dans l’anthologie du rock et reste considéré comme un classique aujourd’hui !

RATATAT – MAGNIFIQUE – UN ALBUM QUI PORTE BIEN SON NOM…

ratatatRatatat est un duo  de musique électronique américain, « Magnifique » est leur quatrième album… Existe-t-il des albums dédiés à une saison particulière ? Si oui, celui-ci est l’album parfait pour l’été… Frais, léger, aérien comme une boisson pétillante ! Se rapprochant par moment de Daft Punk (époque Human After All), le duo garde une personnalité étonnante… Et si la chanson « Magnifique » donne son nom à l’album, elle est tout simplement…magnifique… et cool…

Alors, alangui dans un transat, vous ne savez pas quoi écouter ? La solution est là : Ratatat, malgré un nom assez ridicule, est LE groupe de votre été.