Archive pour avril 2015

XAVIER DOLAN PRÉPARE UN FILM AVEC DES STARS FRANÇAISES

dolanMommy a été la meilleure surprise de 2014 et, pour moi, le film le plus intéressant de l’année. Xavier Dolan, son réalisateur est en train de préparer son prochain film. Et surprise, la distribution sera française, en majorité, et pas des moindres puisque cinq stars majeures y participeront : Marion Cotillard, Léa Seydoux, Gaspard Ulliel, Vincent Cassel et Nathalie Baye. Le tournage est prévu fin mai, après le festival de Cannes où le réalisateur sera juré.Le film s’intitulera « Juste la Fin du Monde » et s’inspirera de la pièce de théâtre éponyme de Jean-Luc Lagarce; il racontera l’histoire d’un écrivain qui retourne chez lui après 12 ans d’absence afin d’annoncer sa mort imminente à ses proches (sa mère Nathalie Baye, son grand frère Vincent Cassel, sa belle-soeur qu’il ne connait pas encore, Marion Cotillard, et sa jeune soeur Léa Seydoux) lors d’une réunion de famille…

Mais ce n’est pas le seul projet de Xavier Doalan cette année… Cet automne, le réalisateur de Mommy commencera son 7ème long métrage, « The Death And Life Of John F. Donovan », avec, là encore, un casting étoilé, composé de Kathy Bates, Jessica Chastain et Susan Sarandon. Dolan a déclaré que « Juste la Fin du Monde » serait la transition entre ses précédentes réalisations et un travail de plus grande ampleur avec « The Death And Life Of John F. Donovan ». 

On attend le résultat avec impatience !!!

Publicités

BLUR – THE MAGIC WHIP – BLUR OU BLURP ?

BlurVoilà donc le retour de Blur après douze ans d’absence ! Dans le concert de louanges et de promos tous azimuths, j’ai presque honte à ne pas crier avec la meute… Il faut dire que je n’ai jamais été un grand fan de Blur, encore moins au temps lointain où la chronique enregistrait jour après jour leur vrai/fausse rivalité avec Oasis… Pour moi, c’était de la pop molle à cette époque là… Et Damon Arban, le leader de Blur, ne s’est vraiment révélé que dans ses projets postérieurs (Gorillaz, en solo…). Et aujourd’hui ce nouvel album c’est toujours… de la pop molle… Réalisé avec des bouts d’enregistrement  réalisé en 2013 à Hong Kong, alors que le quatuor avait cinq jours à tuer pendant leur tournée asiatique, cette réalisation sent la commande d’un producteur et le coup marketing pour les (anciens) fans du groupe… Coup marketing bien réalisé, bien monté et qui marche… Après avoir écouté ce disque, on ne ressent aucune émotion particulière, juste comme quand on a écouté de la musique dans l’ascenceur !  Pas de tube potentiel, pas de plage marquante, rien !! Alors, si vous voulez écouter du « bon » Daman Albarn, écoutez un vieux Gorillaz…

Track list:
01. Lonesome Street
02. New World Towers
03. Go Out
04. Ice Cream Man
05. Thought I Was A Spaceman
06. I Broadcast
07. My Terracotta Heart
08. There Are Too Many Of Us
09. Ghost Ship
10. Pyongyang
11. Ong Ong
12. Mirrorball

FRANCIS CABREL – IN EXTREMIS – LE RETOUR DU POÈTE

InExtremis

Francis Cabrel est de retour, et c’est une très bonne nouvelle… Cela faisait sept ans que nous attendions  un nouveau disque du poète d’Astaffort… Sept ans depuis « Des roses et des orties »… Le temps commençait à sembler long et comme pour Jean-Jacques Goldman, on pouvait s’interroger sur la réalité d’un nouveau disque ! Mais voilà, c’est fait; Cabrel a donc concocté un nouvel opus qui s’intitule « In Extremis », tout un programme… Et, il faut ben l’avouer, c’est une réussite totale ! On retrouve immédiatement le « style » Cabrel, du folk, du blues, difficile à catégoriser mais tellement jubilatoire à écouter. Alors, les grincheux diront qu’il n’évolue pas, que ces chansons se ressemblent depuis des années, des décennies même… Oui, et non, car si on retrouve ici la musique de Cabrel, la musique des mots et des notes, c’est une vraie satisfaction de retrouver un artiste qui, tout simplement, travaille dans la qualité… Et puis, il y a même une incursion vers la musique africaine dans « Mandela pendant ce temps »…  Si le thème récurrent de l’album est le temps qui file ( magnifique « Partis pour Rester ») il comporte aussi des chanson plus « engagées » sans le sens où il traite de sujets de société d’actualité, mais pas dans le sens politique… Mandela, l’écologie, l’Afrique; la politique se retrouvent dans plusieurs chansons.

Et si on le reconnait à la première note, ce n’est pas un hasard, c’est même tout un travail, comme il le révèle dans une interview à l’Obs :

C’est le coup de guitare, que je travaille depuis de nombreuses années pour avoir un genre, que ce soit très personnel, une espèce de respiration complémentaire à mon chant. En fait, mon chant est indissociable du mouvement que j’imprime sur la guitare. Je l’ai trouvé à un moment donné et depuis je le travaille, j’essaye de le magnifier et de l’épurer en même temps.

Ne cherchez pas le disque de Francis Cabrel sur les sites de streaming légaux (Spotify, Deezer…) car il n’y est pas… C’est une décision du chanteur en opposition à sa maison de disques ! Rien d’officiel non plus sur Youtube ! Mis à part quelques extraits posté pour nous mettre en appétit…. Alors, pour écouter « In Extremis », une seule solution, l’acheter !!!

Loin du brouhaha médiatique, loin des vacuités télévisuelles, Francis Cabrel travaille en artiste et en artisan. Ses disques ne sont pas des produits marketing mais le fruit du travail d’un véritable auteur-compositeur… Humaniste et fraternel, ce ne sont pas des qualificatifs si fréquents en ces temps sombres…

Francis Cabrel sera en tournée à l’automne et à Toulouse en février 2016 au Zénith ! Quincaille Culture a déjà son sésame…

Juste quelques extraits pour vous donner envie d’écouter l’intégralité de l’album…

 

 

WAXAHATCHEE – IVY TRIPP – BACK IN ALABAMA !

waxahatcheeWaxahatchee est un projet musical indépendant , formé en 2010 par Katie Crutchfield, chanteuse. Le nom du groupe est tiré de la Waxahatchee Creek en Alabama. Crutchfield est né et a grandi à Birmingham (Alabama). Projet musical passionnant puisqu’il nous révèle une « songwriter » d’exception ! Lorsque l’on écoute ce disque, on pense que la grâce peut exister et que Katie Crutchfiels l’a rencontrée… Toutes les musiques qu’elle écrit, qu’elle joue sont magnifiées et de la ballade folk acoustique au folk classique en passant par le rock et la pop, tout est parfaitement réussi. Entre « Alabama Shake » et « Waxahatchee », la scène musicale de l’Alabama peut nous faire rêver…

 

OLDIES BUT GOODIES – RICHARD ANTHONY – RIP – ET J’ENTENDS SIFFLER LE TRAIN

anthonyRichard Anthony nous a quitté la semaine dernière… Pour lui rendre hommage aujourd’hui, je vous propose de re-écouter un de ces plus grands tubes : « J’entends siffler le train ».

Ricardo Btesh, dit Richard Anthony, fut un chanteur français, né le 13 janvier 1938 au Caire (Égypte) et mort le 19 avril 2015 (à 77 ans) à Pégomas (Alpes-Maritimes). Pionnier du twist en France, celui qu’on appelle « le père tranquille du twist » compte plus de 600 titres enregistrés et plus de 50 millions de disques vendus.

YUICHI IKEHATA – PHOTOGRAPHIES DE SCULPTURES DIGITALES EN 3D – CAUCHEMARS ÉVEILLÉS

IKHEATA

Sculpteur et photographe, Yuichi Ikehata est né à Chiba au Japon en 1975, il réalise des sculptures digitales impressionnantes.

Grâce à des logiciels 3D, l’artiste construit des parties de corps humains comme des sculptures montées autour d’un corps en fil de fer.

Il assemble des fragments de réalité pour composer un univers fictif. Si ses premiers travaux révélaient clairement leur origine numérique, ses dernières séries distillent le doute. Photographies de sculptures réelles sur leur piédestal ou composition numérique au réalisme troublant ? Ou peut-être un peu des deux ?

Hélas, ces « morceaux », ces « fragments » d’êtres humains font écho à l’actualité la plus récente….

« It is just a “pure myth.”
However, my real world. »

IKHEATA2 IKHEATA3 IKHEATA4 IKHEATA5 IKHEATA6 IKHEATA7 IKHEATA8 IKHEATA9 IKHEATA10 IKHEATA11

RAPHAEL – SOMNAMBULE – « ON PARLE EN DORMANT »…

somnambuleRaphael serait-il l’incarnation de Peter Pan ? Déjà, physiquement, il ne semble pas vieillir et présente toujours les traits d’un éternel adolescent… Et puis ce disque paraît sortir directement de l’enfance… Il y chante avec les élèves d’une école primaire du 18e arrondissement de Paris. Et tout l’album baigne dans cette atmosphère enfantine… Attention cela ne veut pas dire que la qualité de ce disque est moindre, non bien au contraire, l’apport de ces voix d’enfant est un vrai « plus » dans cet album… Rien de mièvre ou de gnangnan sur ce disque ! Et sur la pochette, c’est son fils et les copains de son fils… Le printemps s’avère donc une bonne saison pour la sortie de bons disques !

Et comme le dis Raphael dans Somnambule :

« Somnambule on parle en dormant »