PAULA HAWKINS – LA FILLE DU TRAIN – SUSPENSE FERROVIAIRE…

Tout d’abord, il faut dire qu’il est très difficile de définir le genre précis de ce roman… Esr-ce un roman policier classique où l’on traque le coupable ? Est-ce un thriller où l’on tente d’échapper à un tueur particulièrement sadique ? C’est un peu des deux mais c’est surtout un formidable exercice d’écriture, un peu vain, mais formidable ! En effet, dès le début l’auteur prend un malin plaisir à brouiller les pistes… Elle nous présente l’histoire façon puzzle (!!!), les chapitres se succédant dans une sorte de cyclone littéraire…Le point de vue du narrateur change donc à chaque division du livre, trois « héroïnes », Rachel, Megan et Anna se succédant pour raconter un moment, une action, une scène.  La narration chronologique est aussi explosée et demande une attention soutenue… L’histoire est finalement assez classique :

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.
Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Bizarrement,  on est immédiatement séduit par cette forme de récit… je dis bizarrement car on a du mal à cerner ce qui séduit dans cette écriture… On est séduit et on a du mal à lâcher ce livre, une fois que l’on a commencé… On sera un peu déçu par la fin du livre et la révélation du coupable… Mais ce qui restera de cette lecture, ce sera finalement le portrait, très réussi, de ces trois femmes, Rachel, Megan et Anna, trois figures, trois caractères, différentes et semblables dans leur lutte contre une société patriarcale…

 

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :