BOB DYLAN PRIX NOBEL DE LITTÉRATURE : UNE BONNE SURPRISE !!

bob-dylanA dire vrai, très souvent l’annonce des Prix Nobel ne suscite que peu d’intérêt… Celui qui a inventé la dynamite avait créé ces prix pour faire profiter scientifiques et écrivains de sa manne financière… Comme une sorte d’expiation… Et depuis 1901, les prix Nobel de littérature ont consacré de grands écrivains mais sans guère de surprises… Et hier, le 13 octobre 2016, un musicien a été honoré, pour la première fois ! Et pas n’importe quel musicien : Bob Dylan ! Pour ma génération, c’est une sorte de consécration pour celui qui est un auteur-compositeur-interprète, musicien, peintre et avant tout un poète américain. Pour une fois que l’on n’a pas attendu qu’il soit mort pour reconnaître son talent !!!

Bob Dylan, de son vrai nom Robert Zimmer­man, naît le 24 mai 1941 dans le Minne­sota. La figure iconique du folk rock se passionne dès l’en­fance pour la coun­try et le blues. A 20 ans il s’ins­talle à New York dans le quar­tier bohême de Green­wich où vivent notam­ment les artistes de la Beat Gene­ra­tion. Si Dylan peine d’abord à impo­ser sa voix rauque et son style jugé éton­nant, il réus­sit pour­tant à assu­rer les premières parties du blues­man John Lee Hooker. Bob signe un contrat avec la Colum­bia Records et soutenu par son mentor Johnny Cash, ses premiers succès sont diffu­sés à la radio.

Grâce à Blowin’ in the wind, compo­sée en avril 1962, le folk mili­tant et poétique du jeune compo­si­teur touche les Améri­cains qui luttent contre la guerre au Viet­nam et les conser­va­tismes. Son enga­ge­ment poli­tique en faveur des droits civiques des Noirs améri­cains vaut à chacune de ses chan­sons de deve­nir l’hymne de cette géné­ra­tion qui refuse le modèle d’après-Guerre.

A l’in­ter­na­tio­nal, sa rencontre avec les Beatles s’avère déter­mi­nante. A l’orée des années 1970, il renoue avec son amour pour la coun­try et l’opus Nash­ville Skyliendes du rock : Mark Knop­fler, Bono, ou encore Tom Petty.ne paraît. L’an­née suivante, il tourne dans le western Pat Garett et Billy the Kid du sulfu­reux Sam Peckin­pah. Depuis 1997, il ne cesse d’en­chaî­ner les tour­nées à travers le monde, notam­ment avec d’autres légendes du rock : Mark Knop­fler, Bono, ou encore Tom Petty.

Maintenant, il ne reste à l’Amérique qu’à voter pour Hillary Clinton le 8 novembre prochain…

How does it feel, how does it feel?
To be without a home
Like a complete unknown, like a rolling stone

 

 

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :