EXPOSITIONS PHOTOS AU CHÂTEAU D’EAU – MAX ARMENGAUD & MARION GAMBIN – PORTRAITS ATYPIQUES

Deux expositions à ne pas rater au Château d’Eau (jusqu’au 27 mars), deux expositions de photographies qui ont en commun de présenter des portraits, mais de manière très différente.

Porte de la loge du danseur Žtoile Micka‘l Denard, le 17 juillet 1987. (fragment de la sŽrie "Un portrait de l'OpŽra de Paris, 1986-1990")

Porte de la loge du danseur Žtoile Micka‘l Denard, le 17 juillet 1987.

Max Armengaud dans son exposition « Antichambre – Voir et pouvoir, avec détails », nous propose une vision originale des lieux de « pouvoir ». Il explique lui-même sa thématique : « Ma démarche rend compte du caractère fragmentaire et additionnel des choses, l’unité d’un monde se construisant à partir d’une réalité fragmentée. Il ne s’agit pas d’une galerie de portraits sur une institution mais d’un portrait de l’institution ». Tout est dit dans cette courte explication. Car c’est bien de cela dont il s’agit ! On ne visite pas l’exposition comme une suite de portraits anecdotiques mais comme une suite de descriptions de lieux emblématiques du pouvoir, quel que soit ce pouvoir (politique, culturel, sportif). On suit, le long des cimaises du Château d’Eau, les portraits de l’Assemblée Nationale, du Rugby Club Toulonnais, de mairies rurales, de l’Opéra de Paris, de la Cité du Vatican… Chaque fois, Max Armengaud nous propose des portraits des responsables de ces institutions, mais aussi des « obscurs » sans qui ces institutions ne fonctionneraient pas ; entre ces portraits, sont intercalés des photographies des lieux eux-mêmes…

Dans la deuxième Galerie du Château d’Eau, c’est toujours des portraits qui nous attendent mais avec une problématique tout à fait différente. Marion Gambin, dans son exposition « Nos vieux, jours heureux » nous propose un voyage en Arizona, aux Etats-Unis. Elle y a observé les communautés vivant dans les « Sun-Cities », ces petites villes construites dans le désert et exclusivement réservées aux retraités. Elle nous propose des clichés percutants mais sans affectation. Les détails des lieux nous permettent de situer les personnages photographiés dans leurs activités quotidiennes. Elles ont un caractère sociologique évident et sont un reflet assez terrible de notre époque… Ces clichés ne laissent pas indifférents, surtout devant la photo du four crématoire puisque certains « clients » demandent à être incinérés sur place…

marion-gambin

Expositions à voir jusqu’au 27 mars

Galeries du Château d’Eau

1 Place Laganne  – 31300 Toulouse

Ouvert du mardi au dimanche de 13 à 19h
fermé le 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre et le 14 juillet 2015.

Tél : 05.61.77.09.40

Entrée : 3,50 € | Réduit et groupes : 2 € | Gratuit – 18 ans et scolaires |Chèques cultures acceptés

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :