ARNALDUR INDRIDASON – LA RIVIERE NOIRE – HORRIBLE ET PASSIONNANT !

riviere-noireVoici donc la suite des aventures d’Erlendur, le fameux commissaire islandais…. Et en même temps, non… Non, car Erlendur n’est pas présent dans cette enquête, il est juste évoqué à quelques occasions. Il est en vacances dans les fjords de l’ouest, ce qui permet à son équipe de gagner en indépendance et en assurance. Surtout l’inspectrice Elinborg qui va prendre le premier rôle dans cet épisode. Talentueuse, épouse et mère parfaite,  auteur de livres de recettes de cuisine, elle prend l’affaire en main et va plonger dans ce crime horrible où elle sera confrontée à toutes les turpitudes criminelles : viol, drogue, vengeance, folie meurtrière…

Dans un appartement à proximité du centre de la ville, un jeune homme gît, mort, dans un bain de sang sans qu’il y ait le moindre signe d’effraction ou de lutte. Aucune arme du crime, rien que cette entaille en travers de la gorge de la victime, entaille que le médecin légiste qualifie de douce,presque féminine. Dans la poche de Runolfur, des cachets de Rohypnol, médicament également connu sous le nom de drogue du viol…
Il semblerait que Runolfur ait violé une femme et que celle-ci se soit ensuite vengée de son agresseur. Un châle pourpre trouvé sous le lit dégage un parfum puissant et inhabituel d’épices, qui va mettre Elinborg, l’inspectrice, amateur de bonne cuisine, sur la piste d’une jeune femme.
Mais celle-ci ne se souvient de rien, et bien qu’elle soit persuadée d’avoir commis ce meurtre rien ne permet vraiment de le prouver. La fiole de narcotiques trouvée parmi d’autres indices oriente les inspecteurs vers des violences secrètes et des sévices psychologiques.
En l’absence du commissaire Erlendur, parti en vacances, toute l’équipe va s’employer à comprendre le fonctionnement de la violence sexuelle, de la souffrance devant des injustices qui ne seront jamais entièrement réparées, et découvrir la rivière noire qui coule au fond de chacun.

Paradoxalement, ce roman est un des meilleurs de la série « Erlendur », bien que celui-ci soit absent tout au long de l’histoire… Peut-être parce que Indridason privilégie l’histoire et l’enquête policière plutôt que les soucis psychologiques d’Erlendur… On suit l’enquête avec passion et on ne lâche le livre qu’à la dernière page, une fois le mystère résolu.

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :