L’EXPRESS BD – HUGO PRATT – ÉCRIVAIN DU GRAND LARGE

hugo_prattEn attendant le retour de Corto Maltese à la rentrée, le 30 septembre, avec l’album « Sous le soleil de minuit« , voici un hors-série du journal l’Express qui permet de faire le point sur le héros créé par Hugo Pratt. Cet album est d’ailleurs sous-titré : « Origines, influences et géographie d’une œuvre ».

Voici l’avant-propos d’Eric Libiot qui présente cette somme sur Hugo Pratt :

L’aventure, et nulle part ailleurs

 » Il faut y voir un hasard. Ou une coïncidence. Peut-être une ironie de l’Histoire.
Si ce n’est un caprice ; mais de qui ? En 1945, Ugo Eugenio Prat prend le pseudonyme de Hugo Pratt et devient dessinateur de bande dessinée dans une revue italienne qu’il crée à Venise avec des amis de son âge, L’Asso di Picche. Cette même année, en Argentine – pays où Pratt vivra entre 1950 et 1962, preuve que le hasard et la coïncidence ont bon dos – José Luis Borges publie dans la revue Sur une nouvelle intitulée L’Aleph. Ce texte narre la façon dont Borges découvre, sous la dix-neuvième marche de l’escalier menant à la cave de la maison des parents de son ami Carlos
Daneti, un point de l’espace d’un diamètre de deux ou trois centimètres, l’Aleph, qui rassemble l’univers dans son entier. Et voilà Borges, allongé sous cette marche, décrivant ce qu’il voit : ses désirs, ses souvenirs, l’avenir et le passé, les détails du monde et les grandes heures du temps. Pratt, lui, dira sa vie durant l’admiration qu’il porte, parmi d’autres écrivains, à l’érudit argentin, preuve que l’ironie et le caprice ne sont pas sûrs non plus. »

« Cette concordance de je-ne-sais-quoi est finalement aussi futile que fascinante.
Hugo Pratt, pragmatique, poussé vers l’ésotérisme, voyageur raisonné ouvert aux spiritualités du monde, artisan au trait simple intrigué par les symboles tortueux, passionné de grands espaces et dévoreur de livres, a dessiné son monde imaginaire.
Son Aleph. Un monde qui raconte l’aventure intérieure, physique, intellectuelle, morale et amoureuse de ces héros nommés Sgt. Kirk, Ernie Pike, Corto Maltese, mais aussi vous et moi, tous partis à la recherche d’une île au trésor personnelle.
Relire Hugo Pratt, comme il est dit dans toutes ces belles pages qui suivent, c’est éclairer ce qui doit animer l’être humain, hier, aujourd’hui et demain. Défendre la liberté, soutenir les opprimés, combattre le fascisme. Corto Maltese, héros d’entre les héros, est l’incarnation de cet idéal, si simple à imaginer, si dur à vivre.
Dans les premières lignes de L’Aleph, Borges, personnage de son propre texte, écrit : « L’univers changera mais pas moi. » On pourrait imaginer que le romancier argentin a entendu cette phrase dans la bouche d’un marin portant favoris et boucle d’oreille. Et que si ce n’est pas la vérité, la légende fera l’affaire.

Eric Libiot

sommaire

sommaire

 

Publicités
  1. J’adore ce mec et son univers, en faisant ma sculpture  » Pascual  » j’ai pensé a Hugo, et a son Île de Pâques …!!!

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :