IAN RAKIN – L’ETRANGLEUR D’EDIMBOURG – JOHN REBUS ENTRE EN SCENE…

Ian-Rankin-L-etrangleur-d-EdimbourgJ’ai toujours apprécié ces personnages de romans policiers qui sont récurrents et réapparaissent au fil des enquêtes… Kay Scarpetta, Harry Bosch, Erlendur Sveinsson ou Dave Robicheaux pour ne citer qu’eux… Et voilà que je viens de découvrir un nouvel enquêteur : John Rebus ! Ses aventures ne datent pas d’hier mais je n’avais jamais eu l’occasion de lire une seule de ses « aventures » .

Écossais, JohnRebus est fils d’un hypnotiseur de spectacle. Il a un frère, Michael, qui a fait de la prison. Il intègre l’armée, ce qui le conduit en Irlande du Nord lors du conflit nord-irlandais. Après avoir tenté de s’engager dans le Special Air Service, John Rebus est entré dans la police d’Édimbourg. Il travaille comme détective inspecteur dans la Lothian and Borders Police. Il a une femme, Rhona, qui l’a quitté, car il travaillait trop, et une fille, Samantha.

Dans ce roman, ‘L’Etrangleur d’Edimbourg », il est décrit comme  « le plus désabusé des policiers « … ici, comme souvent dans ces s »ries de romans policiers, l’intrigue policière est au premier plan, mais l’histoire personnelle et la personnalité de John Rebus sont le fil conducteur de l’histoire… A la fin de ce premier tome, on a bien sûr envie de connaître la suite des aventures de ce policier atypique… Pas de souci puisque cette série compte 20 romans !

Résumé :

Ce roman policier est basé sur deux enquêtes, l’une menée par la police et l’autre par un journaliste.

La première est menée de front par toute une équipe ; la police est sur le qui-vive dans Édimbourg : un tueur en série sévit dans la ville historique. Ce meurtrier kidnappe des jeunes filles entre huit et douze ans ; ses victimes sont au nombre de quatre : Sandra Adams, Mary Andrews, Nicola Turner et Helen Abbot. Ces kidnappings et meurtres mettent la ville en émoi et les enfants restent prostrés chez eux, une sorte de panique s’installe en ville. L’inspecteur Rebus participe à l’enquête et fait de son mieux pour comprendre le meurtrier ; d’autre part, il reçoit des messages étranges d’un inconnu : « IL Y A DES INDICES PARTOUT », « POUR CEUX QUI LISENT ENTRE LES LIGNES », « TU FAIS DU SUR-PLACE. DU SUR-PLACE, HEIN ? SIGNE… » , « TU N’AS TOUJOURS PAS DEVINE, HEIN ? TU N’AS PAS LA MOINDRE IDEE, AUCUNE IDEE DANS LE CRANE. ET MAINTENANT ON TOUCHE AU BUT. C’EST PRESQUE TERMINE. NE VIENS PAS DIRE QUE JE NE T’AI PAS DONNE TA CHANCE, TU NE PEUX PAS DIRE CA. » . Rebus reçoit ces lettres tant à son travail qu’à son domicile ce qui l’inquiète. Comment celui qui le menace a-t-il trouvé son adresse ? Chacune de lettres contient des nœuds en corde ou bien des croix en allumettes (référence au titre original). L’enquête fait du surplace et la fille de Rebus disparaît…

La seconde enquête est celle menée par le journaliste, Jim Stevens ; il enquête sur le milieu de la drogue à Édimbourg. Il va se rendre compte que le frère de l’inspecteur John Rebus est un trafiquant notoire dans les quartiers chic ; il suppose donc que les deux frères sont complices dans le trafic.

La résolution cette enquête fera appel à une analyse des jeux de mots contenus dans les lettres reçus par Rebus et la fin de l’histoire est pleine de surprises…

Bien que ce livre soit déjà ancien (1987), je vous le conseille vraiment car il est une introduction à l’univers de John Rebus et donne envie de lire la suite des ses enquêtes !

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :