6ème CONVENTION DU DISQUE DE TOULOUSE – LE BIKINI – DIMANCHE 1er MARS

convention_disque
Demain c’est la sixième Convention du disque de Toulouse au Bikini à Ramonville… En voici la présentation par le site du Bikini :
Des dizaines de milliers de 45T, 33T, CD, DVD, Teeshirts, Skateboards, accessoires et goodies présentés par de nombreux exposants, professionnels, particuliers et associatifs, dont les disquaires toulousains et les labels KICKING RECORDS, DISCOTICA RECORDS, USELESS PRIDE, VICIOUS CIRCLE, DISQUES DE GERALDINE, parmi tant d’autres…L’émission web et regroupement de fous furieux DISTORSION , ex du défunt mag Metaluna, nous fera aussi l’honneur de sa présence ! De quoi se régaler avec des t-shirts, des badges de tarés, et sans doute une surprise…Lou Strummer & friends projetteront sur grand écran leurs derniers travaux photographiques, attention les yeux!Venez profiter du patio et de la piscine, du barbecue et des 2 bars sous le soleil pré-printannier, entre passionnés de culture musicale sous toutes ses formes, de 10h00 à 18h00, au son feutré des classiques distillés par les DJs présents, le tout agrémenté des showcases acoustiques de jeunes éphèbes toulousains et rennais.Concerts acoustiques à 16h :

MERCI TARZAN (Toulouse)

Les cinq membres de Merci Tarzan ont choisi le libertinage musical en flirtant avec le punk, le hip hop, le reggae et plus si affinités. Simplicité/efficacité sont leurs crédo, sans oublier une bonne dose de fun.

SLIM WILD BOAR & HIS FORSAKEN SHADOW (Rennes)

« Les fans de Nick Cave ou Sixteen Horsepower devraient ici trouver leur bonheur pour peu qu’ils apprécient Hank Williams autant que son petit-fils. »
Noise– Mai/Juin 2013

« Une vraie claque. La voix éraillée de Slim Wild Boar en grande forme, un jeu de guitare plus tranchant, la batterie qui pouvait Enfin se lâcher. Les marquantes chansons du groupe rennais prennent (encore) une autre dimension. »
Ouest France – Live Report du 15 juin 2013 à l’Ubu.

« Un folk blues ténébreux parsemé d’éclats western et rockabilly, qui revendique un son roots et défend sa dimension artisanale et bricolo. Les onze morceaux, tous anglophones pourraient être issus du fin fond des Etats-Unis et joués par des allumés qui entretiendraient une tradition ancestrale à grand renfort de voix écorchée, guitares lumineuses et balades crépusculaires. »
Rock’n’folk – Août 2010″

3 €, gratuit pour -16 ans, étudiants, demandeurs d’emploi – Ouvert de 10h à 18h
Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :