SPIKE JONZE – HER

her-film-poster-spike-jonze« Her » c’est « Elle », mais dans le film ce n’est pas un être de chair et de sang  mais un OS, un « Operating System », un système d’exploitation en français…Et pas n’importe quel système, un système à la pointe de l’innovation c’est à dire une véritable « Intelligence Artificielle ». Il faut ajouter que nous sommes dans un futur proche où la technologie a encore évolué; plus de clavier pour les ordinateurs, les téléphones portables jouent le rôle d’ordinateur… Et le héros du film, Théodore, au sortir d’une rupture douloureuse, va intégrer un nouvel « OS » sur son ordinateur, ce sera donc « Samantha », une voix dotée d’une intelligence (artificielle) quasiment illimitée et de capacités techniques insoupçonnées. Il faut noter que dans la VO, la voix de Samantha est celle de Scarlett Johansson… Et, contre toute attente, Théodore va tomber amoureux de Samantha…Comme entre deux êtres réels, nous assisterons à leur première rencontre, leurs premières conversations; leur premier flirt (!) et leur première relation sexuelle….Jusqu’à leur première dispute… Et malgré ce scénario qui pourrait sembler bancal ou irréaliste, tout fonctionne à merveille…L’histoire passionne dès les premières images, située dans un monde si proche et si différent du notre, les acteurs, non l’acteur, Joachim Phoenix, puisqu’il est seul à l’écran pendant une bonne partie du film, est absolument fantastique, dans un rôle difficile, il fait passer toute une gamme de sentiments (quelle émotion sur ce flash back fait de quelques images sur un air de piano…), et la critique, en creux, de cette société complètement déshumanisée qui ressemble tant à la nôtre…Il faut rajouter la qualité du réalisateur qui livre ici un vrai travail de cinéaste, personnel et passionnant… Des images resteront gravés dans notre mémoire, comme celle de Théodore, moustachu désabusé dans des décors futuristes mais furieusement seventies… Certaines scènes rappellent les films de Sofia Coppola, Lost in Translation particulièrement, mais à cette époque là, Spike Jonze était son époux…Ceci explique cela !

Tout cela nous rappelle des films ou des romans : les livres de K Dick, « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? », Asimov et ses trois lois de la robotique, Blade Runner et ses réplicans, AI de Steven Spielberg,et plus près de nous les « hubots » de la série suédoise « Real Humans »… Que des références passionnantes…

Et puisqu’il faut une morale à l’histoire, sans dévoiler la fin, Théodore s’apercevra que l’amour est bien le plus important dans la vie et que le contact avec des « vrais » personnes » dans le « vrai » monde ne peut être remplacé par une machine, aussi intelligente soit-elle…

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :