HENNING MANKELL – LA FAILLE SOUTERRAINNE ET AUTRES ENQUETES

faille_souterrainneOn croit bien connaître Kurt Wallander, enquêteur solitaire hanté par la mort. Il est le héros d’une dizaine de romans policiers écrits par l’écrivain suédois, Henning Mankell. Mais savons-nous comment le jeune homme hésitant et sans méthode, qui se demandait s’il serait un jour un bon flic, est devenu le commissaire d’Ystad ? Réparties sur une vingtaine d’années, ces cinq enquêtes reviennent au point d’origine : cette première affaire, en 1969, où Wallander échappe de peu à la mort.

Voici comment Mankell lui-même présente ce livre :

Beaucoup m’ont posé la question : que faisait Wallander avant le commencement de la série ? Que s’est-il passé avant le 8 janvier 1990, ce matin d’hiver où Wallander est réveillé à l’aube par un appel qui marque le début de Meurtriers sans visage ? Quand Wallander entre en scène, il est flic depuis longtemps, il est déjà père et divorcé, et il a quitté Malmö pour Ystad. Les lecteurs se sont interrogés. Et moi avec eux.

J’ai alors commencé à écrire dans ma tête des récits qui se déroulaient avant cette date. Puis j’ai rassemblé ces histoires et décidé de les publier. Elles constituent un point d’exclamation après le point final.

Comme l’écrevisse, il est parfois bon de marcher à reculons. De revenir vers un point d’origine. Aucun tableau n’est jamais achevé. Mais ces fragments m’ont semblé devoir faire partie du lot. Le reste appartient au silence.
H.M.

Henning Mankell avait donc mis un point final à sa (longue) série dont Kurt Wallander est le héros (ou plutôt l’antihéros) avec « L’homme inquiet ». Ici, il revisite la « jeunesse » de son héros…Et ce n’est pas sans une certaine nostalgie que l’on lit les premières enquêtes de Wallander… Cinq histoires policières, bien entendu, mais c’est surtout les anecdotes sur la vie du héros qui nous intéressent; son divorce d’avec Mona, ses rapports difficiles avec son père, les collègues du commissariat qui seront présents dans toute la série…

Et comme le dit si bien Mankell dans sa préface, cette série de livres n’est-elle pas « le roman de l’inquiétude suédoise » ?

Publicités
  1. superbes romans . J’en suis fan.
    L’inquiétude suedoise est présente dans tous ses ouvrages. Un bon panorama social de la Suède ,aussi . Merci

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :